Actualités

Le Département ouvre deux centres de vaccination Covid

Publié le vendredi 15 janvier 2021 15:21 - Mis à jour le lundi 18 janvier 2021 09:28
image-vaccination.jpg
A partir du 18 janvier, les personnes de plus de 75 ans et le personnel soignant de plus de 50 ans ou présentant des facteurs de vulnérabilité pourront venir se faire vacciner dans 2 centres gérés par le Département à Noisy-le-Grand et Pierrefitte.

La campagne de vaccination Covid s’accélère en Seine-Saint-Denis. En plus des opérations de vaccination qui se poursuivent dans les Ehpad, la vaccination s’ouvre aussi aux personnes âgées de plus de 75 ans qui le souhaitent.

A partir de lundi, celles-ci pourront notamment venir se faire vacciner dans deux centres ouverts à l’initiative du Département à Noisy-le-Grand et Pierrefitte. Le Département a en effet proposé sa collaboration au Ministère de la santé dans sa stratégie vaccinale contre le Covid.

Au total, ce sont 17 centres de vaccination qui ouvriront dès le 18 janvier sur l’ensemble de la Seine-Saint-Denis, dont ces deux centres départementaux donc à Noisy-le-Grand et Pierrefitte.
Ces centres, pilotés par le Département en lien avec l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France et les Villes, seront déployés au collège Courbet (à Pierrefitte) et au collège international de Noisy-le-Grand, sans pour autant que les flux des collégiens et ceux des personnes venant se faire vacciner ne se croisent. Et à partir du 1er février, 3 autres centres départementaux se rajouteront à cette liste : Tremblay-en-France, Le Bourget et Epinay.

Il sera possible de se faire vacciner du lundi au samedi, sur rendez-vous. Dans chaque centre, deux médecins, quatre infirmiers et deux personnels administratifs, tous employés du Département, seront mis à disposition. En même temps, la vaccination sera aussi ouverte au personnel soignant – hospitalier, mais aussi médecins, infirmiers libéraux - de plus de 50 ans ou avec certains facteurs de vulnérabilité.

Trois centres départementaux supplémentaires le 1er février

Le Département espérait pouvoir atteindre rapidement 100 vaccinations par jour, dans la limite des doses disponibles. « L’objectif c’est vraiment d’avoir une vaccination fluide et un accueil le plus chaleureux et sécurisé possible, décrivait jeudi Camille Rolland, médecin au Service de la Prévention et des Actions Sanitaires du Département. Les personnes ayant pris rendez-vous pour se faire vacciner seront accueillies par une secrétaire qui collectera des données administratives dont le numéro de sécurité sociale. Puis il y aura un entretien médical avec un médecin ou un infirmier au cours duquel on s’assurera que la personne est bien éligible au vaccin. Après l’injection, il y aura une surveillance de quelques minutes pour vérifier que tout va bien, puis la personne pourra repartir chez elle avec un justificatif lui donnant déjà rendez-vous pour la deuxième dose. »

Le vaccin, acheminé de l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois, sera celui de Pfizer BioNTech, vaccin qui, comme celui de Moderna tout juste arrivé en France, nécessite en effet une deuxième dose. Pour le moment, le délai maximal de rappel est de 21 jours.

« Je suis soulagé que l’ensemble des acteurs locaux puissent travailler de concert pour rattraper le retard pris dans la campagne de vaccination. C’est une véritable course contre-la-montre que nous engageons pour ouvrir des centres dans des lieux qui ne sont pas des établissements de santé. Il est essentiel d’accélérer et d’étendre au plus vite le nombre de personnes vaccinées en facilitant l’accès à la vaccination. Pour reprendre une vie normale, nous en avons besoin ! », soulignait de son côté Stéphane Troussel, le président du Département, qui avait offert dès le départ son aide aux services de l’État pour progresser sur la couverture vaccinale.


Retrouvez toutes les informations utiles sur seinesaintdenis.fr